La fondation chamoux

La fondation Chamaux est l'une des organisations humanitaires qui apportent leur soutien aux enfants en situation difficile au Népal. Elle intervient sur les plans éducatif et socio-culturel. Voici l'essentiel à retenir à son sujet.

Les aides humanitaires sont devenues plus qu'indispensables avec l’augmentation du nombre de personnes en situation vulnérable. Diverses structures et organisations ont alors vu le jour et font de leur mieux pour offrir des conditions atténuantes aux concernés. La fondation Benoît Chamoux fait partie de ces volontaires et s’illustre au travers de ses actions menées dans l’accompagnement des orphelins Sherpas au Népal. Depuis sa création, plusieurs prouesses non négligeables ont été à son actif. Découvrez ici ces dernières ainsi que le fonctionnement de l’organisme.

Contexte de création et mode d'organisation

La fondation Benoît Chamoux fut mise sur pied en mars 1996. L’initiative provenait de Fabienne Clauss, veuve de l’illustre alpiniste français dont l’organisme porte le nom. Ce dernier est passé de vie à trépas quelques mois plus tôt, le 6 octobre 1995 dans l’Himalaya. Cela arriva sous forme d’une disparition pendant l’ascension du Kangchenjuga en compagnie de Pierre Royer et de Riku, leur guide Sherpa. C’est alors pour lui rendre hommage que la présente fondation fut mise sur pied afin de perpétuer son engagement envers les populations des hautes vallées de la chaîne de montagnes.

La fondation Benoît Chamoux est abritée par la fondation de France. Elle est dirigée par un comité exécutif de quatre membres. Ledit comité est présidé par Fabienne Clauss et prend les décisions importantes qui relèvent de la vie de l’organisme. Ces dernières sont relatives au choix des projets et leur mise en œuvre. La politique à adopter pour révéler l’organisation et mobiliser assez de ressources pour son fonctionnement fait aussi partie des attributs du comité. La fondation de France est garante des activités de l’association puisqu’elle l’abrite. Elle s’occupe de l’encaissement des dons, de la redistribution des subventions pour les bourses ainsi que de la tenue des comptes.

Missions et buts

La fondation Benoît Chamoux apporte un énorme soutien aux projets éducatifs ainsi que ceux d’ordre culturel au Népal. Elle s’occupe spécialement des orphelins de l’ethnie Sherpa en les accompagnant le long de leur scolarité. Le choix de cette ethnie tient son fondement du fait que les Sherpas sont de véritables compagnons des alpinistes lors de leurs aventures en montagne. Ce n’était que par ce moyen qu’ils parvenaient à subvenir aux besoins de leurs familles. L’activité présente d’ailleurs de nombreux dangers tels la fin tragique qu’ont connue Benoît Chamoux et ses compagnons. Ces derniers laissent derrière eux des enfants orphelins qui feront face à la réalité de la vie. La fondation récupère ainsi cette catégorie d’enfants puis finance leurs études. Elle permet aux plus méritants et motivés de poursuivre les études supérieures.

Mode de fonctionnement

Il est tout à fait normal de se demander comment l’organisation arrive à remplir les obligations qu’elle s’est octroyées. Les actions philanthropiques nécessitent abondamment une bonne base financière. C'est dans ce sens que de nombreux généreux parrains se sont engagés à ses côtés. Il s’agit de particuliers et des entreprises faisant parler leur cœur. Ils financent la scolarité des orphelins Sherpas sur une durée de 6 à 10 ans et délivrent également des bourses d’études supérieures. Pour bénéficier de ces allocations, les concernés doivent remplir un certain nombre de critères :

  • avoir moins de 18 ans
  • appartenir à l’ethnie Sherpa
  • avoir perdu son père, décédé en tant que guide des montagnes de l’Himalaya pour les alpinistes occidentaux.

Les enfants qui répondent à ses critères sont sélectionnés et accompagnés durant leur cursus. Ils sont suivis par un correspondant local au service de l’organisme humanitaire. Son rôle est d’assurer notamment la liaison entre les familles et les établissements de formation ainsi que les jeunes boursiers. Parmi les différents partenaires, il y a entre autres la fondation Almayuda qui depuis 2012, constitue un soutien financier de taille pour l’organisation.

Activités parallèles

Comme mentionné plus haut, la fondation Benoît Chamoux s’occupe des projets culturels en dehors de l’accompagnement de l’éducation des orphelins. Il s’agit entre autres des initiatives de rénovations de plusieurs infrastructures. Ces dernières concernent les moulins à prières et les bâtiments religieux dans les vallées du mont Everest tels que les monastères. La réhabilitation des chörtens n’est pas aussi à occulter. Ces derniers constituent des monuments symboles de la présence de Bouddha.

Les transformations du paysage prennent également en compte la région du Solukhumbu et le sommet Makalu qui constituent des lieux historiques au Népal. Tout récemment, l’organisation soutient la Rolwaling Sangag Choling Monastery School. Il s’agit d’une école dont la gestion se fait par la communauté locale de l’ethnie Sherpa de la vallée de la Rolwaling. Elle enseigne gratuitement une trentaine d’élèves.

Prouesses réalisées

Les performances réalisées par la fondation Chamoux en disent long sur son endurance et sa ténacité. Durant 23 années de travail (de 1996 à 199), elle a participé à l’éducation de 38 orphelins Sherpas, filles comme garçons. Plusieurs d’entre eux se sont distingués lors de leur parcours en raflant différents titres dont celui d’étudiant de l’année dans les établissements fréquentés. D’autres ont connu également une insertion professionnelle dans divers domaines. La santé, le tourisme, l’informatique ou encore l’hôtellerie et la restauration sont les quelques-uns parmi tant d'autres. Le tableau suivant fait le récapitulatif de certains de ses orphelins Sherpas ayant réussi sous la prise en charge de la fondation Benoît Chamoux.

Nom de l'alumniFonction
DadikiInfirmière à l'hôpital de Phaplu au Népal
Ang DawaIngénieur à Hambourg avec un Master en géospatial en Allemagne
Mingma DikiKinésithérapeute à Katmandou
Phurba PhutiCorrespondante d'une ONG belge à Katmandou
Nima TenziIngénieur civil au Népal travaillant pour une ONG coréenne

Après 25 années d’intervention, la fondation Chamoux ne compte pas s’arrêter là et met tout en œuvre pour continuer son dur labeur. Comme l’a fait entendre sa présidente, de nouveaux partenariats et soutiens seront utiles pour maintenir la flamme qui brulait depuis plus de deux décennies.

Recent posts

Menu

Pages